La méthode RMTi  

Les mouvements rythmiques ont été développés par Kertin Linde en suède dans les années 70 pour aider les personnes ayant des troubles moteurs ou de développement.
Dans les années 80, le psychiatre suédois
Harald Blomberg est venu lui demander de l'aide pour retrouver une meilleure coordination altérée par sa maladie, la polio. Voyant l'efficacité des mouvements, il les a utilisés avec ses patients.

En 2003.
Moira Dempsey, professeur, rencontre le Dr Blomberg au sein d'un camp en formation pour enfants a besoins spécifiques en Pologne, dirigé par Svetlana Masgutova, docteur en psychologie et créatrice du MNRI

(Masgutova Neuro-sensory-motor and Reflex intégration). Étudiant les réflexes depuis plusieurs années. Elle s'est rendu compte qu'elle pouvait allier sa propre pratique comme Kinésiologue et le Brain Gym aux mouvements rythmiques. Suite a leur rencontre le RMT est ainsi crée et deviendra le RMTi (Rhytmic Movement Training International) crée par Moira elle même. 

Quel est l'objectif du RMT ?

 

Le RMT a pour objectif d'intégrer les réflexes primitifs non-développés ou toujours actifs afin que ceux-ci ne viennent plus interférer dans la vie quotidienne de la personne. Il s'agit d'un travail a long terme et nécessite une volonté de l'enfant ou de l'adulte pour effectuer les mouvements régulièrement.

Que sont les réflexes archaïques ?

Les réflexes archaïques, ou primitifs, sont des étapes motrices que l'enfant va effectuer in utéro ou dans les premiers mois de la vie.

Certains de ses réflexes sont d'ailleurs testés a la naissance par les médecins(ex. Grasping, marche automatique...)

Un réflexe est une réponse involontaire a un stimulus externe sensoriel ou sensitif.

 

Leur présence à la naissance est signe d'un bon fonctionnement cérébral. Les pédiatres évaluent ces réflexes à la naissance afin de déterminer s'il y a des difficultés de maturation du châssis neural. Ces réflexes primitifs doivent s'intégrer généralement dans la première année de vie. 

Puis, au fur et a mesure que le système nerveux devient mature, les réflexes s'intègrent

progressivement afin de devenir des réflexes de vie ou posturaux. Peu à peu les mouvements involontaires programmés dans le tronc cérébral sont remplacés par le contrôle du néocortex.

A quoi servent les réflexes archaïques?

Les réflexes archaïques servent à la survie du bébé. Ils vont aider à la naissance (Galant,Perez), à se proteger (RPP, MORO), à s'alimenter, crée les premiers connections dans le cerveau.

Il existes plusieurs réflexes archaïques, voici les plus connus.

 

  • Le Réflexe du Moro

  • Le réflexe d'agrippement palmaire

  • Le réflexe Tonique Asymétrique du cou

  • Le Réflexe  spinal de Galant

  • Le réflexe Tonique Symétrique du cou

  • Le réflexe de Babinski.

Que se passe-t-il quand les réflexes archaïques persistent!

Lorsque les réflexes persistent, le corps trouve des stratégies inconscientes pour contrer ces mouvements involontaires. Ce qui entraine une grande perte d'énergie et des difficultés à résoudre certaines taches, puisque le corps est parasité. Le contrôle moteur se fait d'avantage au niveau du tronc cérébral plutôt qu'au niveau des aires cérébrales supérieures. C'est un peu comme si le système était toujours en alerte, en survie. Cela peut participer à des troubles neurologiques : dyslexie, dyspraxie, dysphasie...

Pourquoi certains réflexes archaïques ne s'intègrent -ils pas?

Si par exemple la grossesse a été trop stressante, altérer, ou en partie alitée. Une césarienne, une naissance compliquée ou trop rapide ne va pas permettre aux réflexes de jouer pleinement leur rôle et ils pourrait influencer leur bon développement.

 Le manque de mouvements (bébés trop dans les cosy) ce qui empêche une bonne maturation des réflexes.

L'histoire de chacun, mais aussi l'observation de postures ou de comportements donnent des indications sur la rémanence des réflexes primitifs. Ensuite, un bilan testant les principaux réflexes peux-être effectué afin d'en avoir la certitude.

Des réflexes primitifs persistants peuvent affecter différentes sphères chez la personne.

Sphère sensori- motrice

  • retard moteur ( se retourner, ramper, quatre pattes, marcher, parler, sauter etc.)

  • assise en W

  • met un pied sous les fesses lorsqu'il s'assoit

  • hypersensibilité auditive/tactile/olfactive/gustative

  • Tonus musculaire faible haut/bas du corps

  • mal des transports

  • difficulté de coordination et d'équilibre

  • maladresse mouvements involontaires de la bouche en écrivant, découpant

  • pression excessive/ trop légère du stylo, mauvaise tenue du stylo

  • tension de la machoire, bruxisme 

  • énurésie

  • déficits posturaux

Sphère émotionnelle

  • Anxiété, peurs irrationnelles

  • Angoisse de séparation

  • faible résistance au stress

  • mutisme 

  • Agressivité

  • difficulté a regarder autrui dans les yeux

  • forte susceptibilité

  • changement difficiles à toute nouvelle situation

  • Manque de confiance 

  • Hypersensibilité

  • difficulté pour dire non, s'affirmer,

  • se défendre 

  • isolement 

  • Timidité

  • Mauvaise estime de soi

Sphère cognitive, apprentissages

  • difficultés de concentration 

  • difficulté à s'organiser

  • faible imagination, créativité pauvre

  • difficultés dans les apprentissages

  •  troubles «dys» (dyslexie, dyspraxie, dyscalculie…)

  • agitation permanente, impulsivité, TDA/TDAH (Troubles    déficitaires de l’Attention, avec ou sans Hyperactivité)

  •  lecture peu efficace, difficulté pour suivre un texte sur une page

  •  confusion des lettres (b-p, d-q)

  • écriture manuscrite irrégulière

  • difficulté pour tracer des 8

  •  écriture sur une feuille tournée à 90°

  • difficulté de langage, d’articulation, voire bégaiement

Contactez-moi